Restez connectés / Connect with us:

Le piégeage moderne

Au fil des ans, les méthodes de piégeage ont beaucoup évolué. Les piégeurs utilisent des pièges et des techniques qui permettent de sélectionner le plus possible les animaux capturés. Aujourd’hui, tous les engins de piégeage doivent rencontrer les normes internationales de piégeage sans cruauté. Ces pièges modernes permettent soit la mise à mort rapide de l’animal, soit la retenue de l’animal sur le site de capture tout en minimisant l’inconfort et les blessures. L’utilisation des pièges modernes est une avancée majeure pour le respect des animaux. Elle témoigne également de l’engagement et du professionnalisme des piégeurs québécois.

Toutes les espèces piégées au Québec sont abondantes et aucune espèce n’est menacée. Des lois et règlements encadrent les saisons de piégeage, les différentes zones, les types d’engins et, dans certains cas, les quotas afin d’assurer une saine gestion de chacune des espèces. Il y a une vingtaine d’espèces d’animaux à fourrure que le trappeur peut espérer capturer lors des saisons de piégeage : les canidés (coyote, loup et renards), les félidés (lynx du Canada et lynx roux), les mustélidés (belettes, martre, pékan et vison), le castor, les écureuils, la loutre, la mouffette, le raton laveur, le rat musqué et l’ours noir.

Les activités de piégeage permettent de fournir la matière première à une industrie très importante au Canada, celle de la fourrure. En plus des retombées économiques qui découlent de la pratique de leur activité, les trappeurs rendent un service important en aidant les organismes publics de gestion de la faune à maintenir l’équilibre nécessaire entre les populations d’animaux sauvages, leurs habitats et la tolérance sociale. De plus, les activités de piégeage permettent de maintenir un contrôle sur certaines populations pour des questions de santé publique (rage du raton laveur), de dommages aux installations des éleveurs de bétail (coyote), aux cultures (raton laveur, ours noir), aux infrastructures (castor) et finalement de fournir plusieurs spécimens pour des études scientifiques.